Vuibroye

La première mention de la localité de Vuibroye date de 516, sous la dénomination de Valbruia, Walbroia, Vaubroia, Wibra en 1140, Walbroie en 1228. Elle signifie en gros "En aval de la Broye" par rapport à Châtillens.

En 516, Sigismond, roi des Burgondes, donna Vuibroye, Crépillaux et Oron à l'Abbaye de St-Maurice. Au XIIe siècle, Noble Dodon de Vuibroye, donna à l'Abbaye de Haut-Crêt, la terre du Rosay. Noble Guillaume Clerc de Vuibroya donna à la même Abbaye une terre de Châtillens contre une génisse; le même Guillaume, Cono son frère et Vianna sa soeur, cédèrent contre leur propriété une jument reçue de l'Abbaye.

Les frères Thibaud et Aldas donnèrent à Haut-Crêt tout ce qu'ils possédaient à Essertes, ce qui n'empêcha pas les moines d'Haut-Crêt de se plaindre au Sire d'Oron du fait qu'Ulrich de Vuibroye ne leur a pas payé un muid d'avoine.

Le 7 février 1678, un délégué de la Commune se joignait à d'autres pour aller porter une supplique à leurs excellences de Berne demandant dans une très humble requête de ne pas construire d'église à Oron qui concurrencerait l'église paroissiale de Châtillens. Ils furent très mal reçus et goutèrent les prisons de Berne pendant 24 heures.

En 1802, quelques citoyens prirent part à l'insurrection des Bourla-Papeys au camp des Gamaches à Saint-Sulpice.

En 1824 ou 1825, les autorités de Châtillens et de Vuibroye entrèrent en pourparlers pour la construction d'un collège intercommunal sur le territoire de Châtillens. Ce projet fut abandonné, mais le 1er novembre 1924 la fusion devint effective; les élèves de Vuibroye fréquentèrent le collège voisin.

Extrait d'un texte de M. Ernest Kämpfer, Ancien Syndic