Ecoteaux

La première mention écrite du site "Escotals" date de 1154 dans la confirmation par l'évêque de Lausanne, Amédée de Clermont, des biens donnés à l'Abbaye d'Haut-Crêt. Ce nom évolua par la suite en "Escothat" (1155), "Scotals" (1157) - cartuaire d'Haut-Crêt, "Escataul" (1402), "(au moulin) des Cottaulx" (1558) et "Escottaux" (1660), pluriel d'un appellatif apr. costal, "coteau", précédé de l'article et de la préposition "en" soit "en les coteaux". En 1817, on trouve les graphies d'Ecoteaux ou Ecotteaux voire Ecottaux. 

Découverts entre le village et les Bois à mi-coteau par un agriculteur, les vestiges d'un établissement gallo-romain, sans doute une villa rustica (ferme) datant des IIe siècle et IIIe siècle après Jésus-Christ, constituent les premières traces connues d'un habitat à Ecoteaux.

Dès le XIIe siècle, Ecoteaux fit partie de la seigneurie de Palézieux. Le village en partagea le sort mouvementé jusqu'à la constitution du baillage bernois d'Oron en 1557, dans lequel il demeura jusqu'en 1798.

En 1664, le village eut son école, commune avec le village voisin de Maracon. Le collège actuel fut construit en 1842 en partie avec les pierres de l'ancien château, dont quelques traces subsistent encore dans la forêt du Châtelard, situé depuis 1872 sur la commune de Maracon.